Rechercher dans ce blog

Chargement...

dimanche 23 octobre 2016

Chemtrails une arme météorologique pendant la Guerre du Viêt Nam. 1967




Le projet Popeye était une expérience qui augmentait les précipitations par ensemencement de nuages et été approuvée conjointement par le Département d'État américain et le Département américain de la Défense. Les aspects techniques de l'expérience ont été vérifiés par le Dr Donald F. Hornig assistant spécial du Président des États-Unis pour la science et la technologie. Le gouvernement du Laos n'a pas été informé du projet, de ses méthodes et de ses objectifs.

L'opération Popeye avait pour objectif d'accroître les précipitations dans des domaines soigneusement sélectionnés pour empêcher l'ennemi vietnamien, nommément les camions de ravitaillement militaire, d'utiliser les routes en :

- Adoucissant les surfaces de la route
- Causant des glissements de terrain le long des chaussées
- Effacer des traversées de la rivière
- Maintenir des conditions de saturation du sol au-delà du délai normal.

L'opération Popeye

Elle a commencé le 20 Mars 1967 et a continué à travers chaque saison des pluies (de Mars à Novembre) en Asie du Sud jusqu'en 1972. Des opérations d'ensemencement de nuages ont été effectuées. Trois avions C-130 et deux F4-C basés à Udorn Royal Thai Air Force Base en Thaïlande ont effectué deux sorties par jour. Les avions ont été affectés officiellement sur les missions de reconnaissance météorologique et les équipages des aéronefs dans le cadre de leurs fonctions normales de recueillir des informations météo. Les équipages, tous du 54 ème Escadron de reconnaissance météo, ont fait des rotations dans les opérations sur une base régulière de Guam. A l'intérieur de l'escadron, les opérations de pluie artificielle avaient pour nom de code "Motorpool".


Source:

RÉVEILLEZ-VOUS INDIGNEZ-VOUS


Plus d'info sur les chemtrails sur ce site

Actu-chemtrails

jeudi 30 juin 2016

Objectif : OTAN-exit

Tandis que l'attention politico-médiatique est concentrée sur le Brexit et sur d'autres possibles détachements de l'UE, l'Otan, dans l'inattention générale, accroît sa présence et son influence en Europe. Le secrétaire général Stoltenberg, ayant pris acte que « le peuple britannique a décidé de quitter l'Union européenne », assure que « le Royaume Uni continuera à jouer son rôle dirigeant dans l'Otan ». Il souligne ainsi que, devant la croissante instabilité et incertitude, « l'Otan est plus importante que jamais en tant que base de la coopération entre les alliés européens et entre l'Europe et l'Amérique du Nord ». 

© Google
Militaires de l'OTAN
Au moment où l'UE se fissure et perd des morceaux, par la rébellion de vastes secteurs populaires détériorés par les politiques « communautaires » et sous l'effet de ses propres rivalités internes, l'Otan se pose, de façon plus explicite que jamais, comme base d'union entre les Etats européens. Ceux-ci se trouvent de cette manière attelés et encore plus subordonnés aux Etats-Unis d'Amérique, lesquels renforcent leur leadership dans cette alliance. 




Le Sommet Otan des chefs d'Etat et de gouvernement, qui se tiendra les 8-9 juillet à Varsovie, a été préparé par une rencontre (13-14 juin) entre les ministres de la défense, élargi à l'Ukraine qui ne fait pourtant pas partie officiellement de l'Otan. Dans la rencontre il a été décidé d'accroître la « présence avancée » en Europe orientale, au bord de la Russie, en déployant par rotation quatre bataillons multinationaux dans les Etats baltes et en Pologne. Ce déploiement peut être rapidement renforcé, comme l'a démontré un exercice de la « Force de pointe » durant laquelle un millier de soldats et 400 véhicules militaires ont été transférés en quatre jours de l'Espagne à la Pologne. Pour le même objectif il a été décidé d'accroître la présence navale Otan dans la Baltique et en Mer Noire, aux limites des eaux territoriales russes. En même temps l'Otan projettera davantage de forces militaires, y compris des avions radar Awacs, en Méditerranée, au Moyen-Orient et en Afrique. 

Dans la même réunion, les ministres de la défense se sont engagés à augmenter en 2016 de plus de 3 milliards de dollars la dépense militaire Otan (qui, pour les seuls budgets de la défense, se monte à plus de la moitié de celle mondiale), et à continuer à l'accroître dans les prochaines années. Voici les préliminaires de l'imminent Sommet de Varsovie, qui se donne trois objectifs clé :

  • « renforcer la dissuasion » (c'est-à-dire les forces nucléaires Otan en Europe) ;
  • « projeter de la stabilité au-delà des frontières de l'Alliance » (c'est-à-dire projeter des forces militaires au Moyen-Orient, Afrique et Asie, y compris au-delà de l'Afghanistan) ;
  • «élargir la coopération avec l'Ue » (c'est-à-dire intégrer encore plus les forces européennes dans l'Otan sous commandement USA).
La crise de l'UE, émergée avec le Brexit, facilite le projet de Washington : amener l'Otan à un niveau supérieur, en créant un bloc militaire, politique et économique (à travers le TTIP) USA-UE, toujours sous commandement étasunien, opposé à l'aire eurasiatique en ascension, fondée sur l'alliance Russie-Chine. Dans ce cadre, l'affirmation du premier ministre Renzi au forum de Saint Petersburg, « le mot guerre froide est hors de l'histoire et de la réalité, que l'UE et la Russie redeviennent d'excellents voisins », est tragiquement grotesque. 

L'enterrement du gazoduc South Stream Russie-Italie et les sanctions contre la Russie, tous deux sur ordre de Washington, ont déjà fait perdre à l'Italie des milliards d'euros. Et les nouveaux contrats signés à Saint Petersburg peuvent sauter à tout moment sur le terrain miné de l'escalade Otan contre la Russie. A laquelle participe le gouvernement Renzi qui, alors qu'il déclare la guerre froide hors de la réalité, collabore au déploiement en Italie des nouvelles bombes nucléaires étasuniennes pour l'attaque contre la Russie.


Source trouver:
Sott

mardi 28 juin 2016

La Californie sera le premier État à obliger la vaccination pour les adultes, déjà obligatoire pour les enfants avant d'entrer à la garderie, sous peine de sanctions pénales pour ceux qui refuseront


À compter du 1er septembre 2016, une personne ne pourra pas être employé dans une maison familiale de soins de jour ou dans une garderie si elle n'a pas été vaccinée contre la grippe, la coqueluche et la rougeole. Elle devra fournir ses preuves de vaccination qui seront conservées dans son dossier d'employé. Un employé devra recevoir une vaccination contre la grippe entre le 1er août et le 1er décembre de chaque année. 

Ce projet de loi vise à éliminer toute autonomie médicale, toute liberté religieuse et porte atteinte aux libertés personnelles. Les écoles, collèges et tous les milieux de travail seront les prochains lieux où la vaccination sera obligatoire jusqu'à une vaccination obligatoire pour tous les citoyens.

Source:

Source trouver: